TB_at_Erard_photo_by_Johan_Vanbrabant.jpg

CPE Festival en MGConcerts présentent

 

LE MUSÉE EN MUSIQUE

TOM BEGIN

 

le samedi 07 mai 2022 - 11h

 

MIM, Rue Montagne de la Cour 2, 1000 Bruxelles

TOM BEGHIN - Pianoforte

11h00:  documentaire - projection

Documentaire sur la réplique du piano Erard Frères en forme de clavecin de Beethoven (Paris, 1803) par Chris Maene (Ruiselede, 2016)

12h30:  concert

Ludwig van Beethoven (1770 - 1827)

Andante con moto, “2da parte,” from his Concerto in G Major, Op. 58 (Vienna, 1804)
Daniel Steibelt (1765 - 1823)

Pastorale Allegretto, from his Sonata in G Major, Op. 64 (Paris, 1805)
Louis Adam (1758 - 1848)

Romance: Andante grazioso un peu animé, from his Sonata in C Major, Op. 8 No. 2 (Paris, 1801)
Ludwig van Beethoven: Sonata in C Major, Op. 53, “Waldstein” (Vienna, 1803–4) In its reconstituted four-movement version:

Allegro con brio

Allegretto (WoO 56)

Andante grazioso con moto (WoO 57)

Introduzione: Adagio molto—Rondo: Allegretto moderato / Prestissimo

Réplique du piano Erard Frères en forme de clavecin de Beethoven (Paris, 1803)
Par Chris Maene (Ruiselede, 2016)

En octobre 1803, Beethoven acquiert un piano français auprès de l'atelier Erard Frères à Paris. Le compositeur en est "tellement enchanté, rapporte un visiteur, qu'il considère tous les pianos fabriqués [à Vienne] comme des déchets en comparaison." À l'Institut Orpheus de Gand, une réplique inédite de l'Erard de Beethoven a été construite en partenariat avec Pianos Maene. Elle a permis à Tom Beghin et à son groupe de chercheurs d'essayer de comprendre l'enthousiasme de Beethoven, mais aussi sa frustration croissante, car l'instrument a subi une série de révisions techniques. Ces révisions faisaient partie de tentatives malavisées d'"améliorer" l'instrument parisien, c'est-à-dire de le rendre conforme aux attentes viennoises. En 1810, cependant, Beethoven se déclare vaincu : " Mon piano français est maintenant tout à fait inutile ", écrit-il.
La relation complexe et fascinante de Beethoven avec son Erard est le sujet d'un nouveau film documentaire, Beethoven's Farewell to Paris, réalisé par Steven Maes et Tom Beghin (Evil Penguin Classic, 2021). Ce film sera projeté au MIM en avant-première. Pour son récital, Beghin renouera résolument avec l'enthousiasme de Beethoven et interprétera la première sonate pour piano que Beethoven a composée sur son nouvel Erard dès son arrivée à Vienne : sa Sonate en do majeur, opus 53, largement connue sous le nom de " Waldstein ". Venez redécouvrir une composition célèbre dont la raison d'être était si clairement française, et qui mérite d'être juxtaposée à des œuvres de pianistes-compositeurs contemporains basés à Paris, tels que Louis Adam et Daniel Steibelt.

Ticketmaster-Logo-Azure-RGB.png
mim-new logo png.png
CPE FESTIVAL pour Ticketmaster.png
musiq3.png
MGConcerts.png